.
Photo of visage-de-bodhisattva-1496

 

GRECO BUDDHIST ART
VISAGE DE BODHISATTVA

 

Objet :
Nº 1496
Matière :
Pierre
Mesures :
Largeur: 16 cm - Épais.: 6 cm - Hauteur: 25 cm - Monté sur un socle fait spécialement et non compris dans la mesure
Bibliographie :
Publié dans 'Collecting Masterpieces" Part One, by Beryl Cavallini, page 127

Description :

Partie avant de la tête de bouddha en shiste gris au grain fin provenant des vallées de l’actuel Pakistan ou de l’Afghanistan. Sculpture fine et détaillée excécutée en ronde bosse, mettant en relief les caractéristiques de la représentation gréco-bouddhique. Les yeux sont en amande et légèrement proéminents, le nez aquilin, la bouche pulpeuse dans un visage légèrement replet. Coiffure typique d’inspiration indienne avec un chignon tenu par une bouffette sur le haut du crâne, les cheveux bien dessinés en mèches règulières et retenues sur le front par un cerceau. Presence de l’urna sur le font, creusé en profondeur, il y avait probablement à l’époque une pierre ou un verre de couleur. Très bel état de conservation.

Ceci n’est pas le Bouddha historique mais un jeune noble, un Bodhisattva, qui est un dieu en devenir. On le reconnaît à sa coiffure ornée comme celle d’un prince : le chignon haut placé et souple est composé d’une double coque, tandis qu’un diadème de perles à cabochon central est porté comme une couronne. Les cheveux dont les mèches sont séparées et régulières reprennent les canons occidentaux. Bouddha ne portait qu’un chignon très sobre et les coiffures sophistiquées sont celles de sa vie de jeune prince fortuné et les visages des Bodhisattva doivent annoncer les qualités du dieu à venir. Il faut donc qu’ils montrent une grande harmonie, de la grâce avec un sourire esquissé, et une dignité incontestable. Ainsi les artistes du Gandhâra furent-ils toujours à la recherche d’une codification esthétique qui pourrait devenir iconique. Les représentations préférées montraient des grands yeux en amandes, une particularité du clan Licchavi dont Bouddha descendait. Les paupières mi-closes se doivent de ressembler aux feuilles des lotus. Au centre du front, figure l’urna qu’on appelle «l’oeil de la sagesse», tandis le nez qui est droit reprend les critères physiques des Indo-Européens.