.
CHINE ARCHAÏQUE ET IMPÉRIALE
DEUX FRISES DECORATIVES EN CÉRAMIQUE MING
DYNASTIE MING (1368 - 1644 APR. J.-C.)
Objet certifié authentique et vendu avec certificat d'expert. Satisfait ou remboursé.
Objet :
Nº 792A
Matière :
Terre cuite glaçurée ou vernie
Genre :
Meubles et décoration
Mesures :
Panneau N° 1: Longueur: 47.7 cm – Hauteur: 26.5 cm – Épais: 12 cm - Panneau N°2: Longueur: 46.5 cm – Hauteur: 25.5 cm – Épais: 10.5 cm

 

Ensemble de deux plaques rectangulaires en terre cuite grise à glaçure verte et jaune, présentant un décor moulé en haut-relief d’enfants dodus nageant semi-nus dans un bassin végétalisé et vêtus d’une simple écharpe et de bracelets aux poignets et aux chevilles. L’un d’eux porte le tablier court, l’habit des enfants. Probable petites restaurations d’usage.
Autour du II è siècle le bouddhisme imprime sa marque et sa philosophie à la représentation de l’enfant, le faisant passer d’un adulte miniature à un bambin souriant et potelé. Celui-ci, symbole d’abondance et de fortune, rappelle les enfants vivant sur des lotus dans le paradis du Bouddha du futur Maitreya, représenté en Chine sous les traits d’un moine rieur au gros ventre traditionnellement accompagné d’enfants. A partir de la dynastie Song (960-1279), on voit évoluer la représentation esthétique de l’enfant, qui s’éloignant des critères du bouddhisme, le rend symbole de fertilité et de bon augure pour les descendances mâles.