.

€ EUR 29.500,00 - £ 24777.05 - $ 30084.1 - C$ 38645

Les achats doivent être réglés en Euros. Les autres devises sont indicatives
CHINE ARCHAÏQUE ET IMPÉRIALE
PAIRE DE JOUEUSES DE POLO CHINOISES
DYNASTIE TANG (618 - 906 APR. J.-C.)
Objet certifié authentique et vendu avec certificat d'expert. Satisfait ou remboursé.
Objet :
Nº 1554
Matière :
Poterie peinte, Terre cuite
Genre :
Animaux, Rituel funéraire, Sculpture
Mesures :
Hauteur: 38 cm – Largeur: 31 cm
Bibliographie :
Publié dans « Collecting Masterpieces - Part One » de Beryl Cavallini, pages 14 - 15

 

Intéressante paire de joueuses de polo en terre cuite polychrome. Les chevaux et leurs montures sont symétriques. Chaque cheval dans l’acte de sauter présente une croupe nerveuse, des naseaux ouverts, des yeux globuleux avec de petites oreilles pointues et une queue tressée comme il sied au cheval tenu par les nobles de l’époque. Les deux femmes portent l’habit d’origine barbare composé d’une tunique couvrant un pantalon. Les couleurs sont vives et fraîches. Chacune d’entre elle est coiffée d’un chignon haut placé sur le crâne à la mode ouïghour. L’ensemble est en bon état de conservation avec de probables restaurations d’usage.

Il y a 2000 ans en Asie Centrale, les aristocrates inventent un nouveau jeu: le polo. Quoi qu’il fit partie au départ des divertissements de la cour Sassanide, il semble qu’on le pratiqua rapidement jusqu’aux frontières de l’Inde. Son nom vient du mot tibétain pulu qui est celui du bois qui sert à fabriquer les balles qu’on tape ensuite avec un maillet. Vers 630, les Tang commencèrent leur grande expansion vers l’Ouest, faisant de Chang’an, aujourd’hui Xi’an, située au départ de “La Route de la Soie”, une capitale cosmopolite. Ils se frottèrent alors aux habitudes des tribus nomades Xianbei qui contrôlaient les steppes du Nord, où l’élevage des chevaux était intensif et où les femmes très libres montaient à cheval et c’est de là que date l’introduction en Chine de ce jeu. C’était alors un sport pratiqué par toutes les couches de la société, et malgré sa rudesse, aussi par les femmes. Cette paire de joueuses de polo, fort joliment peintes de couleurs restées lumineuses, est symétrique inversée, car on aimait les présenter se faisant face. Chaque cheval en train de sauter présente une croupe nerveuse, des naseaux ouverts, des yeux globuleux avec de petites oreilles pointues et une queue tressée comme il sied au cheval de race tenu par la bonne société de l’époque. Les deux femmes portent le costume des «barbares» c’est ainsi qu’on qualifiait les peuples venus de l’Ouest. Il est composé d’une longue tunique couvrant un pantalon large, et d’une coiffure avec un chignon hérité de la tradition ouïghour, ramassé sur le haut de la tête. Le tout est parfaitement bien enlevé et d’une légèreté propre aux chefs d’oeuvre de la statuaire des Tang.

€ 29500 - £ 24777.05 - $ 30084.1 - C$ 38645

Les achats doivent être réglés en Euros. Les autres devises sont indicatives