.
PAKISTAN -AFGHANISTAN
PRINCESSE AURÉOLÉE DU GANDHÂRA
GANDHÂRA : ART GRÉCO-BOUDHIQUE (305 AV. - 450 APR. J.-C.)
Objet certifié authentique et vendu avec certificat d'expert. Satisfait ou remboursé.
Objet :
Nº 1595
Matière :
Schiste
Genre :
Objet de culte, Frise- Bas relief, Idoles et saints, Sculpture
Mesures :
Hauteur: 6.5 cm

 

Partie supérieure d’un buste avec une jolie tête de déesse en schiste gris vert, typique de la vallée du Swat. La tête finement travaillée est celle d’une femme au visage replet et rond, portant de longs cheveux aux mèches bien dessinées sur les épaules, un diadème composé de perles porté bas sur le front. Sur l’arrière de la tête il y a un disque solaire en partie endommagé. Le dos de la sculpture est plat. Il devait être fixé sur les murs d’un Stupa. Le travail est fin et bien conservé.
Le disque solaire est un attribut venant de la tradition indienne qui cherchait ainsi à confirmer le lien cosmique qui unissait ses dieux à l’univers. Il semble que ce culte ait été lui même importé par des prêtres mazdéens depuis la Perse. Il faut ensuite récupéré par le bouddhisme.L’Art du Gandhâra, né sur le sol indien et au service de la religion bouddhiste, s’approprie des éléments iconographiques tirés du répertoire religieux et les combine savamment avec les techniques de sculpture et une esthétique aux proportions importées par les soldats grecs de Macédoine puis de Bactriane qui suivirent Alexandre Le Grand. Le travail en bas relief du schiste gris provenant des vallées d’Afghanistan et du Pakistan, en est une des caractéristiques.