.
Photo of SHALABHANJIKA OU DIVINITÉ À L’ARBRE
VENDU

€ EUR 68,00 - £ 58.76 - $ 71.6 - C$ 97.83

Les achats doivent être réglés en Euros. Les autres devises sont indicatives
INDE-HIMALAYA
SHALABHANJIKA OU DIVINITÉ À L’ARBRE
INDE
Objet certifié authentique et vendu avec certificat d'expert. Satisfait ou remboursé.
Objet :
Nº 706
Matière :
Grès
Genre :
Dieux, Idoles et saints, Sculpture, Statue
Mesures :
Hauteur: 62 cm hors socle et 81 cm avec socle
Bibliographie :
Publié dans « collecting Masterpieces », Part one, de Beryl Cavallini, page 84 - 85

 

Sculpture en grès rose non poreux à grain moyen et couleur irrégulière montrant des affleurements détritiques ferrugineux d’un ton violine sur les seins, le visage et les épaules. La dureté de la pierre sur laquelle on voit encore des traces de scalpel explique son bon état de conservation.La technique utilisée par le sculpteur est à mi-chemin entre la ronde-bosse et le bas relief, vraisemblablement pour limiter les risques de cassure en cours de travail ce qui est typique de la période post-Gupta ou l’on encastrait les statues dans des niches spécialement créées sur les façades des temples hindous.Le dos de la statue est lisse, seulement orné du tronc de l’arbre, symbole conducteur de la sève fertile. Debout, dans une attitude déhanchée, tribhanga, typique de la sculpture indienne, la déesse exhibe ses formes fluides et ondoyantes en un modelé délicat et précis couronné par un dais végétal arqué au dessus de sa tête.Une extrême minutie est portée au traitement codifié de la parure : une ceinture dédiée au dieu soleil de typologie ottiyanam au niveau de la taille est composée suivant la règle, de trois rangs de passementerie et d’une boucle centrale plate avec fleurs et feuilles. Les seins sont généreux, la taille rétrécie de forme Damaruka (ou Udukkai) du nom d’un tambour, représentant symboliquement la capacité créatrice de l’être divin. Les traits somatiques du visage en forme de mangue, l’oeil en forme de poisson et le menton court et proéminent avec une fossette sont accentués selon la tradition indienne de la région du Madhya Pradesh. Le collier de type Kandikai est composé de 4 rangs de perles retenues en leur centre par un cabochon plat rappelant celui de la ceinture. La coiffure de type kuntala est traditionnellement attribuée à une des deux femmes de Krisna ( Rukmini et Satyabhama). Dans ce cas précis sa déportation vers la droite laisse penser que Krishna était de ce coté de la statue.Signes d’érosion hydrique sur la partie droite de la statue, particulièrement sur le sein gauche et sur l’oreille, dont un des ornements présente un manque. Les cassures au niveau des bras et des jambes sont de datation ancienne et érodées. Traces évidentes de scalpel sur les pourtours et au dos de la pièce.Excellent état de conservation.Les «divinités à l’arbre» sont un motif rare dans la sculpture de l’Inde médiévale qui aime pourtant célébrer dans la pierre l’opulente beauté des formes féminines, symbolisant le rituel du Dohada ou fertilisation des plantes au contact des femmes. L’arbre ici est un sal tree à feuilles persistantes et aux fleurs parfumées, le même auquel la reine Maya s’accrocha pour accoucher du prince Siddharta devenu ensuite Bouddha. Quoi qu’en Inde les arbres soient restés des attributs des dieux et des déesses, ils ont toujours appartenu au culte védique et non bouddhique. La statuaire de l’Inde ancienne a pour habitude de créer l’esprit dans la forme, l’âme dans le corps, c’est une réalisation avant tout spirituelle. Le sculpteur doit suivre des règles iconographiques de proportions rigides, ayant comme unité de mesure soit le tala qui correspond à la hauteur d’une main, soit la mesure du visage de la statue. Pour exalter les canons indiens de la beauté féminine l’artiste se devait de puiser dans un répertoire métaphorique inspiré de la nature : corps élancé et pulpeux comme une liane gorgée de sève, hanches larges comme les roues des chars, seins fermes et galbés comme des coupes remplies de nectar, yeux en forme de poissons, visage en forme de mangue, bras fuselés pareils à la tige des bambous, cuisses fermes comme la trompe de l’éléphant. Cette grande et belle déesse à la fois sculpturale et élancée est un exemple parfait de cet art si sensuel.

€ 68 000 - £ 58.76 - $ 71.6 - C$ 97.83

Les achats doivent être réglés en Euros. Les autres devises sont indicatives