Museum quality archeology - rare jewels - wonders from history

VISHNOU KHMER AU SAMPOT PRINCIER

📜 Objet certifié authentique et vendu avec un certificat d'expert. Satisfait ou remboursé.

0,00

Sculpture en grès beige foncé, typique de la région des montagnes de Kulen, exécutée en ronde bosse à représentation de Vishnu. Le personnage acéphale est hiératique, le corps nu à l’exception d’une ceinture appelée sampot très richement travaillée avec des rainures et un motif à double ancre. Il est retenu par ce qui devait être une ceinture en orfèvrerie ouvragée. Plissé très fin et richesse des détails en font une statue sans doute de provenance aristocratique. L’objet présenté est de conservation exceptionnelle dans ses détails. Très bon état de conservation.

Vishnou est le second des trois dieux de l’hindouisme avec Brahma et Shiva et c’est celui que l’on représente le plus souvent chez les Khmers. Cette trimurti qui veut dire «triple forme» en Sanskrit, incarne grâce à ces dieux, les trois états de l’univers que représentent la manifestation, la conservation et la dissolution, Brahmâ en étant le créateur, Vishnou le protecteur et Shiva le destructeur. En se réincarnant continuellement en différents avatars, Vishnou ainsi libéré du cycle des renaissances peut aider à sauver le monde de sa matérialité. C’est sous l’aspect de Monarque Universel qu’il s’imposera dans la statuaire du Cambodge comme étant une divinité de Vie-Mort-Renaissance. A Angkor, il est de loin le plus représenté, d’ailleurs le temple d’Angkor Vat, un des plus beaux du monde, qui est originellement hindou lui est entièrement dédié, le roi Suryavarman ayant choisi d’y installer sa statue dans un but protecteur. On reconnait ici Vishnou par la présence de ses 4 bras, signes de sa nature toute puissante. Les deux bras avant sont le signe de sa force physique, tandis que les bras arrière sont liés au monde spirituel. On admirera la qualité du plissé très fin et régulier et la délicatesse des détails de la ceinture se terminant par un double «motif à ancre». Ce dernier en étant particulièrement long puisqu’il descend jusqu’au bord du sampot, marque la période de recherche stylistique khmère la plus classique. Le buste très fin à la taille, participe à une image idéalisée révélant une recherche plastique de la perfection, qui n’hésite pas à s’éloigner de la vérité pour rencontrer la beauté parfaite des dieux. Le grès beige clair est typique des caves de la région des montagnes de Kulen. J’aime la douceur des détails finement travaillés pour embellir avec délicatesse ce dieu pourtant si puissant.


CERTIFICAT

SE RENSEIGNER
Vendu